Partie 1 : Développement durable et argent : vers une société viable ET abondante

Solène : Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir vivre dans une société durable, respectueuse de la planète et de l’environnement. L’économie ultra-capitaliste, polluante et maltraitante, est critiqué de toute part et de plus en plus fort (même si certains sceptiques restent à convaincre j’en conviens, dont un certain Donald, tristement).

Cependant, même si ce constat est (de plus en plus) sans appel, l’idée de faire baisser son niveau de vie / de développement au nom de la planète est peu attirant. Hors, une société viable ET abondante est possible, il suffit de la construire !

A mon sens, un des enjeux pour vraiment changer de société est d’arrêter d’opposer argent et impact. Avoir un impact positif (meilleur conditions de vie, meilleurs salaires, respect de l’environnement) est tout à fait compatible avec la prospérité économique.

Moi qui accompagne des (futures) entrepreneurs du changement (qui adressent un problème sociétal, social et/ou environnemental avec des business modèles hybrides qui permettent d’être rentable et donc de ne pas dépendre de subventions), je remarque que dans la pratique, peu ont une relation apaisée avec l’abondance financière.

Notre éducation, notre société (et l’économie dans laquelle on a été baignés en grandissant) donne en effet l’impression (fausse! nous allons y venir) qu’avoir de l’argent est une injustice aux regard de tous ceux qui n’en ont pas.

J’ai donc eu l’idée d’inviter Marjorie Llombart à collaborer avec moi dans cet article, afin de vous offrir (vous lecteurs!) un éclairage pour réconcilier votre relation à l’argent et votre vision du monde. Marjorie est elle aussi accompagnatrice d’entrepreneures qui veulent vivre du job qui les fait vibrer, en dessinant un business à leur image, et basé sur une activité qui a du sens pour elles. Elle est la créatrice de la formation Money Up.

Marjorie Llombart - portrait

>> Marjorie, on dit souvent que l’argent est un flux d’énergie. Peux tu nous en dire plus? Cela veut-il dire que notre réussite financière peut être illimitée sans “prendre” ou “faire perdre” aux plus faibles de ce monde?

Marjorie : En effet, l’argent est multi-facettes. Et l’une d’entre elles et non des moindres est cette énergie. A la base, l’argent a été créé pour servir d’intermédiaire pratique entre un acheteur et un vendeur. En ce sens, il est plutôt neutre. Mais, comme l’argent est un objet fascinant, il est en fait tout sauf neutre.

Tout d’abord, c’est une formidable surface de projection, comme un écran de cinéma géant, sur lequel on projette tout ce qu’on veut (la liberté, la sécurité, le bien, le mal, la justice, l’injustice etc).

Ces projections contiennent des pensées, de croyances ou des émotions, toutes porteuses d’énergie. Donc une partie de l’énergie portée par l’argent provient des projections humaines.

L’autre composante énergétique de l’argent est liée à sa qualité de flux. L’argent est fait pour circuler. Je répète : l’argent est fait pour circuler !!! (Si l’argent ne circule pas, il redevient neutre et perd de son énergie).

C’est donc parce que c’est de l’énergie que l’argent est illimité.

Ce que je crois et que je défends dans mon métier et ma pratique, c’est que ma réussite financière est liée à de la valeur que je crée en utilisant mes talents et en contribuant au monde. Si j’essaie d’appliquer cette posture au quotidien, je ne prends rien à personne ni ne fait perdre aux plus pauvres.

reussite financière et éthique durable - quote 1 - Creators for GoodEt je participe donc à un monde plus joyeux car je m’autorise à gagner de l’argent en faisant ce que j’aime : j’apporte donc plus de joie dans le monde. Si de plus en plus de gens ont du plaisir ET gagnent de l’argent, ils deviennent un exemple positif pour les autres et donc contribuent à un monde meilleur.

C’est ainsi qu’on peut utiliser l’argent en conscience pour construire le monde et donner des impulsions positives, comme le font de plus en plus d’entrepreneurs philanthropes par exemple.

Solène : Je suis tout à fait d’accord avec toi Marjorie, et j’aime notamment le fait que tu insistes sur le point de la circulation.


Car finalement, quand on associe injustice et argent, on parle en fait de l’argent qui ne circule pas :
l’argent qui s’accumule dans les mains de certains spéculateurs d’un côté, et qui ne circule que très difficilement pour d’autres  (difficulté d’accès à un prêt quand on est “pauvre” par exemple).

En d’autres termes, afin de contribuer plus et de participer à rendre le monde meilleur, il faut commencer par accepter de recevoir. Considérer que l’argent est une mauvaise chose en tant que tel bloque l’énergie.

En tant qu’entrepreneur.e ethique, l’idée n’est donc pas de dégager des revenus pour accumuler de l’argent sur son compte en banque (ou acheter des biens matériels à n’en plus savoir que faire), mais plutôt pour pouvoir l’investir au service de son rayonnement: dans des services de collaborateurs externes, dans des outils plus performants pour être encore plus utile pour ses clients, pour une meilleure qualité de travail et de vie,…

C’est en tout cas cette prise de conscience qui m’a personnellement fait dépasser le palier de “revenus minimums” auquel j’ai stagné au début de mon aventure entrepreneuriale. J’ai dû préalablement décider de sortir de cette “zone de confort minimal” pour déployer mon vrai potentiel.

Le déclic est venu le jour où j’ai lu dans une étude que les femmes entrepreneure se paient 20% de moins que leur homologues masculins ! Cette différence, que l’on pointe souvent du doigt dans le monde de l’entreprise comme une “injustice”, semble en fait bien plus lié à la relation qu’ont les femmes à l’argent en tant que tel.

>> Marjorie, à ton sens, pourquoi les femmes se paient-elles moins que les hommes?

Partie 2 : Femmes entrepreneures et relation à l’argent

Marjorie : Ce qui est compliqué avec les femmes, beaucoup plus qu’avec les hommes, les études le prouvent, c’est la difficulté à s’autoriser à gagner de l’argent.

De mon expérience et de ce que j’ai pu observer avec mes clientes, la plupart des femmes rencontrent des difficultés dans leur relation avec l’argent. Elles sont ok en théorie pour avoir plus d’argent pour faire les choses qui leur sont importantes, comme développer leur entreprise, envoyer leurs enfants dans les meilleures écoles, profiter des vacances en famille ou se faire plaisir, mais elles se retrouvent souvent bloquées en pratique sur la façon de créer l’argent.

Les femmes sont aussi souvent mal à l’aise pour parler d’argent. Cela vient de l’éducation reçue, de l’entourage familial et de la société en France notamment pour qui l’argent est tabou. Ce n’est pas le même modèle dans d’autres pays. Il y a donc une influence familiale, éducative et culturelle. Et comme on nous a appris à être des petites filles sages qui ne “demandent pas”, et bien… on ne demande pas ! On ne demande pas des tarifs trop élevés,  un additif sur le devis, on ne relance pas un client en retard…

De nombreuses femmes entrepreneures hésitent concrètement face à un prospect au moment où elles doivent annoncer leurs tarifs ou faire la proposition commerciale. D’autres ont des difficultés pour proposer leurs services et conclure la vente. Voire même, elles peuvent s’excuser pour leurs tarifs, proposer une ristourne alors qu’on ne leur a rien demandé ou sur-délivrer leurs services.

La raison pour laquelle ces situations sont problématiques, c’est que si les femmes ne se valorisent pas elles-mêmes ou qu’elles ne sont pas sûres de leur puissance et de leur légitimité face à l’argent, alors elles ne sont pas en mesure de vivre la vie qu’elles méritent et qu’elles désirent.

Elles vivent en-deça de leur potentiel.

Or, le monde a besoin de personnes positives et animés d’un esprit de contribution qui ne veulent plus “jouer petit” et qui veulent se déployer à la hauteur de leur potentiel.

Partie 3 : Actions & solutions pour faire évoluer sa relation à l’argent afin de faire réussir son entreprise durablement

Solène : En d’autres termes, si vous êtes une femme, entrepreneure, que vous voulez vivre de votre activité alignée avec vos valeurs ET votre vision du monde, il vous faut travailler votre relation à l’argent !

réussite financière et éthique durable - quote 2 - Creators for GoodLe premier pas à mon sens, est de faire cette réalisation et de décider de changer votre état d’esprit vis à vis de l’argent, de l’abondance. Sinon, aucun progrès ne sera possible.

Quelque chose qui m’a beaucoup aidé est de trouver des exemples, des “role models” d’entrepreneures ayant réussi ce que moi même j’ai eu envie de réussir. Dans le cas de la relation à l’argent, il s’agit de trouver des exemples, dans votre domaine d’activité par exemple, d’entrepreneurs qui ont une réussite financière importante tout en respectant les mêmes principes et ou valeurs que les vôtres. C’est bien plus facile de se fixer un objectif quand on est persuadé – preuve à l’appuis – que c’est possible!

Lire est aussi un très bon moyen de faire évoluer sa relation à l’argent. Je conseille par exemple Think and Grow Rich de Napoleon Hill (qui a passé sa vie à étudier les points communs des Hommes les plus riches de son époque, et fait un lien très clair entre état d’esprit et abondance). Il note notamment aussi l’importance de ne pas trahir ses valeurs, et insiste sur le fait qu’on devient riche non pas au dépend des autres, mais grâce à l’impact positif qu’on peut avoir dans leurs vies, dans la société..

>> Et toi Marjorie, que conseilles tu?

Marjorie : J’aime beaucoup le conseil que tu as proposé. On m’avait donné le même quand j’ai débuté il y a 4 ans, mais je n’avais trouvé personne ! En tous cas en francophonie. Depuis, la parole se libère peu à peu alors tes lectrices devraient arriver à trouver au moins une personne en référence positive (et puis il y a nous aussi maintenant !!!).

Un autre conseil très simple à appliquer pour travailler sa conscience d’abondance est :

  1. De recenser son patrimoine, tout ce que l’on possède (pas seulement les livrets ou les comptes, mais aussi le mobilier par exemple, les objets de collections si on en a, les livres etc) et le transformer en valeur monétaire. Car souvent l’abondance est déjà là et on ne la voit pas.
  2. Dans le même ordre d’idée, recenser tout ce qui entre dans votre vie, chaque jour, et qui vous fait vous sentir riche ou privilégié. Par exemple si une amie vous offre un café, si vous êtes invitée au restaurant. Cela peut paraître inutile mais en matière d’argent, tout compte. Et si vous  n’êtes pas capable de vous réjouir et de reconnaître la valeur de ce qui rentre dans votre vie, énergétiquement vous allez bloquer l’entrée de sommes plus conséquentes.
  3. Enfin, il faudrait arriver à trouver une dimension ludique à l’argent. L’argent est aussi un instrument de création du monde, donc sa facette créative est très importante. On peut donc essayer de s’amuser avec l’argent. Par exemple en essayant d’écrire un nombre très compliqué en toutes lettres, en s’écoutant prononcer des montants inhabituels à haute voix comme “Mes honoraires sont de 10.000€ la journée” (même si on est seule devant le miroir !).

En fait, cela revient à apprivoiser l’argent. S’en faire un ami de jeu plutôt qu’un ennemi. 

Et les amis, on aime les recevoir à la maison n’est-ce pas ?!


Si cela vous parle et que vous souhaitez découvrir d’autres outils pour travailler votre relation à l’argent, n’hésitez pas à découvrir les détails de la formation Money Up qui démarre le 16 mars 2020 !

En savoir plus :


Cet article a été écrit de manière collaborative par :

Marjorie Llombart - portraitMarjorie Llombart:

Marjorie est la créatrice de Dessine-moi une Carrière, et la formatrice du programme Money Up.

Elle accompagne les entrepreneures qui veulent vivre du job qui les fait vibrer, en dessinant un business à leur image, et basé sur une activité qui a du sens pour elles. Elle adore les parcours atypiques et aime tout particulièrement combiner stratégie ET intuition dans ses accompagnements.

Visiter son site : dessinemoiunecarriere.com

lwt-cropped-photo

& Solène, Chief Empowerment Officer de Creators for Good.

Elle a développé une méthode qui permet aux Citoyen.ne.s du Monde de lancer et faire grandir leur propre activité porteuse de sens depuis n’importe où sur la planète – et sans avoir besoin d’investisseurs ou de support gouvernemental.

En savoir plus !

Tu veux créer ET un impact positif ET des revenus conséquents ?

Ce dont tu as besoin, c'est d'un Business Model Durable !

Et je peux t'accompagner à créer celui qui te corresponds à 100%, grâce à mon cours GRATUIT par email - en 10 jours​

  • Définis ton propre Business Model Durable
  • Pas-à-pas, avec des exemples concrets et des conseils pour passer à l'action
  • En 10 jours, soit enfin clair & motivé à lancer ta propre activité durable !
x