As tu déjà songé à compenser l’empreinte carbone de ton activité?

Car oui, on a beau avoir des valeurs éthiques et chercher à avoir un impact positif sur la société, nos activités ont une empreinte environnementale qui peut être assez significative.

Je m’en suis particulièrement souciée au moment d’organiser la Semaine de l’Entrepreneuriat Ecoféministe : j’avais très envie de donner vie à un évènement de GRANDE ampleur, mais je ne pouvais m’empêcher de penser au milliers d’emails qui allaient être envoyés par la même occasion !

Et oui, même si l’évènement ne nécessite aucun déplacement, l’empreinte n’est pas neutre pour autant ! Chaque email envoyé, chaque vidéo regardée, chaque page de site web est stocké sur un serveur informatique qui consomme de l’électricité et génère de la chaleur… qu’on peut traduire en équivalent carbone et donc compenser (en investissant dans des initiatives qui captent et réduisent le carbone, comme les forêts gérées durablement par exemple).

C’est en creusant le sujet que j’ai été recontactée par Rym Baouendi que j’avais rencontré il y a quelques années à l‘Impact Hub d’Istanbul (avant qu’elle ne rentre en Tunisie puis s’expatrie au Canada).

Passionnée par l’innovation durable et l’entrepreneuriat, elle a lancé une nouvelle activité de calcul & compensation carbone pendant le confinement, notamment pour les entreprises qui souhaitent inclure le télétravail dans leurs mesure d’impact.

Elle a eu la gentillesse de me proposer d’élaborer un questionnaire sur mesure pour calculer l’impact de notre évènement, et de me conseiller ensuite comment compenser de manière sure (certaines solutions sur internet manquent parfois de transparence voire sont à la limite du greenwashing…)

3 choses qui m’ont surprises concernant l’empreinte carbone d’un événement en ligne :

1. le calcul de l’empreinte carbone est plus complexe que je pensais

J’avais imaginé qu’en donnant le nombre exact d’inscrits à l’évènement, d’email envoyés et de posts de promotion sur les réseaux sociaux, Rym allait mouliner tout cela et facilement me donner un chiffre (et un montant à débourser).

Elle m’a vite expliqué que ce que j’avais en tête n’était que la partie émergé de l’iceberg. Et que le « gros » de l’impact se situait en fait dans la consommation des contenus créés pour l’évènement.

Un vidéo visionnée au Canada est 10 fois moins consommatrice que lorsque celle-ci est visionnée en France… qui est à son tour 8 fois moins impactante qu’en Turquie (où l’électricité est majoritairement produite à partie d’énergie fossile, contre nucléaire en France et hydroélectrique au Canada).

On pourrait prendre une « moyenne » internationale, mais ça ne serait très loin de refléter la réalité.

D’autre part, outre le type d’électricité utilisée, c’est aussi le type d’équipement informatique qui définit l’impact réel (une vidéo visionnée depuis un petit écran de téléphone consomme moins que de puis un ordinateur fixe de webcam et autres enceintes externes). Sans compter le chauffage de l’espace de travail (qui est plus important en télétravail que lorsqu’on est rassemblés dans des bureaux partagés).

Résultat : près d’1/3 du poids carbone de l’évènement viens de la consommation énergétique de nos participantes. Et la communication (dont les fameux emails qui me faisaient tant hérisser les poils!) ne représente qu’une part infime de l’empreinte, comparé aux vidéos qui sont elle très énergivores.

Au total, c’est près de 2 tonnes de carbone qui ont été générées pendant notre évènement.

A titre de comparaison, une aller-retour Paris New York représente une tonne de carbone.

2. Compenser notre empreinte carbone est un jeu d’enfant… et relativement peu onéreux!

Rym m’a conseillé plusieurs options pour compenser les émissions carbone, et ça a été un jeu d’enfant!

  • Il y a par exemple Pacharma qui est très transparent (notamment comparé à la moyenne, dixit Rym) et propose une carte interactive très ludique pour choisir quelle initiative financer à travers le monde.
  • Ou encore South Pole qui permet de comprendre les impacts des différentes initiatives en fonction des différents Objectifs de Développement Durable des Nations Unies.

Le prix d’une tonne de carbone varie en fonction des pays et des initiatives (cela va de quelques dollars à plusieurs dizaines). Pour ma part, j’ai choisi non pas en fonction du tarif mais du vote des participantes qui ont plébiscité en priorité la « conservation des forêts en Amérique du Sud ».

J’ai donc décidé de compenser le double de notre estimation soit 3,55 tonnes de carbone (pour ajouter une marge d’erreur raisonnable… et même faire de notre évènement un évènement « carbon positif » !).

Voici le certificat :

3. c’est possible d’allier compensation carbone avec d’autres enjeux sociétaux

En choisissant ma solution de compensation carbone, j’ai pu choisir une initiative au Guatemala qui porte une attention particulière à l’égalité homme-femme (pour rester aligné avec mes valeurs… et le thème de notre évènement!)

390 femmes sont directement impliquées dans l’initiative, qui propose en plus de la gestion durable de 200 000 hectares de forêt, des ateliers de sensibilisation environnementale à 14 écoles primaires des environs, qui ont eu plus de 2000 participants.

Bref, c’est vertueux pour tout le monde!

Voici l’interview de Rym, qui réponds aux questions qui nous ont été posées à ce sujet :

J’espère que ça t’inspire !


lwt-cropped-photo

Solène est la Chief Empowerment Officer de Creators for Good.

Elle a développé une méthode qui permet aux Citoyen.ne.s du Monde de lancer et faire grandir leur propre activité porteuse de sens depuis n’importe où sur la planète – et sans avoir besoin d’investisseurs ou de support gouvernemental. En savoir plus !

Tu veux créer ET un impact positif ET des revenus conséquents ?

Ce dont tu as besoin, c'est d'un Business Model Durable !

Et je peux t'accompagner à créer celui qui te corresponds à 100%, grâce à mon cours GRATUIT par email - en 10 jours​

  • Définis ton propre Business Model Durable
  • Pas-à-pas, avec des exemples concrets et des conseils pour passer à l'action
  • En 10 jours, soit enfin clair & motivé à lancer ta propre activité durable !
x