Inscris-toi à l’atelier jeudi 29 juin à 13h : SE RÉCONCILIER AVEC LA VENTE & CONSTRUIRE SON TUNNEL DE VENTE ÉTHIQUE

12 places seulement !

Inscris-toi à l’atelier jeudi 29 juin à 13h : SE RÉCONCILIER AVEC LA VENTE & CONSTRUIRE SON TUNNEL DE VENTE ÉTHIQUE

12 places seulement !

6 étapes pour se libérer du regard des autres pour mieux entreprendre

par | Dépasser ses peurs et blocages | 0 commentaires

se liberer du regard des autres

Il était une fois une gamine de 16 ans qui, alors qu’elle apprend être enceinte, décide de faire adopter l’enfant. Une situation qui soulève bien des critiques et des remarques de la part de son entourage. Heureusement, l’humour cynique et décapant de l’adolescente lui permet de surmonter toutes les épreuves. Cette histoire, c’est celle de Juno, du film du même nom, sorti en 2007.

Pourquoi je te raconte cela ?

Parce qu’il y est question d’affronter les tabous de la société ainsi que les opinions d’autrui. De la même manière, les femmes entrepreneures doivent elles aussi, faire face au jugement des autres. Tu es entrepreneuse du changement ? Comme Juno, apprends à dépasser tes peurs ! Dans cet article, je te dis, en 6 points, comment se libérer du regard des autres pour mieux entreprendre.

1. Identifie pourquoi tu as peur du regard des autres

Si tu souhaites te détacher du regard des autres, c’est sans doute parce que tu en as peur…

Mais peur de quoi, au juste ? D’être mal vue ? Que l’on juge (négativement) tes performances, ta personnalité, tes convictions ?

Pour te libérer du regard d’autrui, identifie la nature de ces blocages. Cela peut être la peur du rejet, qui s’associe à un désir d’approbation sociale. Cela peut être, aussi, lié à un manque de confiance en soi.

Puis, détermine les personnes dans ton entourage dont tu « crains » le regard. Il s’agit bien souvent de nos plus proches : parents, frères et sœurs, conjoint·e, ami·e·s.

Pourquoi as-tu besoin de leur reconnaissance ? Je suis loin d’être une psy, mais il y a une chose que je sais : il est parfois difficile de sortir du schéma de la « petite fille modèle ».

Or, lorsqu’on se lance dans l’entrepreneuriat durable, en indépendance, cela peut être perçu comme un acte anticonformiste. C’est pourquoi ton entourage pourrait bien lever les boucliers :

  • et si ça ne marche pas ?
  • es-tu sûre de pouvoir en vivre ?

Ces réactions, sont-elles le résultat d’un manque de confiance en tes talents… ou des insécurités de ton entourage ?

Tes parents, apparemment si négatifs, n’expriment sûrement qu’une inquiétude vis-à-vis de ton bien-être.

Ainsi, le but n’est pas de te décourager, loin de là, mais plutôt de te protéger.

Une fois que tu auras compris quelles sont les propres peurs de ton entourage, tu pourras y répondre en confiance.

Pour cela, inspire-toi des 4 accords toltèques. Tu sais, ce code de conduite qui permet de construire des relations plus sereines ? D’ailleurs, les deuxième et troisième accords me parlent tout particulièrement.

  • N’en fais pas une affaire personnelle (tes parents, frères et sœurs ou autres personnes n’expriment que leurs propres insécurités et ne jugent pas ta façon d’être).
     
  • Ne fais pas de suppositions (demande-leur clairement ce qu’ils entendent par là lorsqu’ils te demandent si tu es bien certaine de ton choix et, de ton côté, exprime tes véritables désirs).

Enfin, s’il y a des personnes négatives autour de toi, il y en a aussi qui seront positives. Apprends à t’appuyer sur ces dernières pour prendre confiance en toi et oser te lancer !

se liberer du regard des autres pour mieux entreprendre

2. Accepte que les autres pensent différemment de toi

Ça y est ! Tu as enfin sauté dans le grand bain.

Tu as déjà entamé différentes actions : peut-être as-tu déjà créé ton entreprise.

L’excitation des débuts se mêle à une petite pointe d’appréhension. Néanmoins, cette dernière ne saurait entacher l’enthousiasme provoqué par cette nouvelle aventure !

Aussi, fièrement, tu annonces la nouvelle à tes proches.

Et là, c’est la douche froide.

« Mais es-tu vraiment certaine que c’est une bonne idée de quitter ton CDI ? »

« Et que feras-tu les mois où ce sera compliqué financièrement ? »

« Tu ne pourras plus prendre de vacances. »

« Pour contracter un prêt immobilier, ce sera plus compliqué, non ? »

Bref, toutes sortes de questions destinées à saper ton moral !

Enfin, ça, c’est dont tu te persuades. En effet, plutôt que ces réactions plutôt négatives, tu aurais adoré avoir des retours positifs. Bref : que l’on partage ton positivisme et ta joie !

Oui, mais il y a une chose que tu pourrais bien oublier : les autres pensent différemment de toi.

Ce qui, pour toi, est synonyme d’aventure, de liberté et d’impact positif pourrait être, pour d’autres, synonyme d’inconnu, de risques et d’angoisse.

En apprenant à accepter que les autres pensent différemment, nous nous libérons de la peur d’être critiqué·e.

Car nous comprenons alors que ce n’est pas notre valeur ou notre identité profonde en tant qu’être humain qui est attaquée. Au contraire, même.

3. Écoute et intègre les peurs de ta clientèle cible pour mieux faire évoluer ton message

Mais, si les peurs de ton entourage ne sont pas toujours bonnes à prendre, celles de ta clientèle cible, en revanche, le sont.

En effet, ton rôle est de lever leurs propres peurs et blocages. Par exemple, en leur apportant un produit ou un service qui leur permettra de surmonter leurs craintes.

Lorsque j’ai lancé Creators for Good, je connaissais certaines des inquiétudes des entrepreneurs du changement pour les avoir moi-même rencontrées. Néanmoins, je ne les avais pas toutes expérimentées : je m’en suis rendu compte en discutant avec mes client·e·s d’alors.

Ceci m’a permis d’améliorer, peu à peu, mon offre, et de la faire grandir. De supprimer tout ce qui ne fonctionnait pas pour le remplacer par d’autres solutions, plus efficaces.

Et puis, j’ai échangé avec ma communauté. Je lui ai demandé ce qu’elle attendait de moi, qu’est-ce qui, dans mes offres, leur parlait ou leur faisait peur.

Cela m’a permis de faire évoluer le message que je souhaitais faire passer. Ma manière de communiquer avec l’extérieur, sur les réseaux sociaux par exemple, mais aussi ma façon d’échanger avec mes client·e·s a évolué.

Ce que je veux dire par là, c’est que le regard des autres sur ton activité durable n’a pas forcément que du négatif.

Tant que cela ne t’entraîne pas dans les doutes et l’auto-sabotage, tu peux (j’ai même envie de dire « tu dois ! ») prendre en compte les retours des autres, même négatifs.

Essaie de les décortiquer, de comprendre ce qu’ils cachent : ils pourraient bien t’aider à évoluer en tant que personne.

4. Entoure-toi d’entrepreneurs du changement qui passent par les mêmes étapes que toi

bien sentourer quand on est entrepreneure

Malgré tous ces conseils, tu te sens encore comme paralysée par la peur ?

Peur d’être mal vue par ton entourage, de ne pas te conformer à ce qu’on attend de toi, de ne pas te sentir en sécurité ?

Dans ce cas, il est temps de te tourner vers des personnes qui sont passées par les mêmes inquiétudes que toi… et qui ont réussi à les surpasser !

Qui sont les personnes qui se sont lancées dans l’entrepreneuriat durable et ont réussi ?

Essaie de les trouver : les réseaux sociaux, dont LinkedIn, t’y aideront. Mais aussi les communautés déjà formées, telles que celle de Creators for Good.

C’est le meilleur moyen pour rencontrer des personnes positives et inspirantes, avec lesquelles tu pourrais même (pourquoi pas) collaborer !

Car c’est en se soutenant les unes que les autres que les femmes entrepreneures pourront avancer vers le succès. De cela, je suis persuadée.

C’est pourquoi j’organise une retraite en mai 2022 : l’occasion de se recentrer sur son énergie féminine pour être (enfin !) en cohésion et en harmonie avec son projet à impact.

En effet, après le succès de la première retraite organisée en 2019, j’étais impatiente d’en préparer une seconde (mais quelques petits bouleversements, dont une crise sanitaire mondiale, m’ont malheureusement forcée à repousser l’échéance).

Tu pourrais y rencontrer des personnes qui, comme toi, aimeraient se libérer du regard des autres pour mieux entreprendre (ou l’ont déjà fait). L’occasion de se serrer les coudes et de trouver, ensemble, les meilleures solutions pour faire face à ses propres obstacles !

5. Lance-toi sans avoir peur des échecs

Je me souviens, lorsque je me suis lancée à mon compte pour la première fois, en 2014, créer ma structure a été un véritable stress !

Mais, une fois que cela a été fait, tout s’est enchaîné. Le stress et la peur du regard des autres, peu à peu, a disparu pour laisser la place à l’excitation des premières missions.

Qu’ai-je retiré de cette expérience ? Une conclusion toute simple :

« Le premier pas est souvent le plus difficile. »

Je me suis aussi rendu compte que mon entourage, petit à petit, voyait mes succès et m’encourageait vers la voie que j’avais empruntée.

Aussi, n’attends pas que le regard des autres change pour te lancer ! Au contraire, tu pourrais toi-même le faire évoluer ;)

De plus, c’est en faisant que tu gagneras davantage d’estime de soi. Agir permet en effet de prendre conscience qu’on est capable de faire bien plus de choses qu’on ne le pensait au départ !

Bien sûr, tu rencontreras des échecs : mais les échecs font grandir. Ils ne doivent pas nous freiner par peur du jugement des autres.

Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire : c’est pourquoi je suis persuadée que t’entourer de personnes positives, qui croient en toi, te permettra d’atteindre tes objectifs plus sereinement.

6. Reconnecte-toi à ton intuition pour te libérer du regard des autres et mieux entreprendre

apprendre a se faire confiance

Pour gagner en confiance et se libérer du regard d’autrui, finalement, il existe plusieurs méthodes.

Certaines femmes se tourneront vers les vêtements et se créeront un dressing constitué d’habits confortables et qui leur ressemblent, dans lesquels elles se sentent bien.

D’autres passeront par la méditation et le yoga, deux activités qui permettent de se recentrer sur soi et d’apaiser son anxiété.

D’autres, encore, préféreront l’art, tel que le dessin, l’écriture ou la musique. Autant d’activités qui permettent d’extérioriser ses états d’âme et de développer sa confiance en soi.

Bref : quelle que soit la méthode que tu choisis (car il n’existe pas une unique « solution miracle »), le plus important est de savoir te reconnecter à ton intuition.

Car c’est toi et toi seule qui sais ce dont tu as le plus besoin. Invitons notre petite voix intérieure, que nous avons si longtemps étouffée, à se faire entendre.

C’est ce que je te propose de faire, ensemble, lors de la retraite que j’organise pour début mai 2022.

En effet, ce sera l’occasion pour aborder, en communauté, l’énergie féminine, ses atouts et comment accéder à son intuition plus facilement.

Cinq jours qui nous permettront de gagner en confiance, d’identifier nos futurs challenges et, finalement, de nous libérer du regard des autres pour mieux entreprendre.

retraite 2022 creators for good

Solène est la fondatrice de Creators for Good.

Elle a développé une méthode pour lancer et faire grandir sa propre activité porteuse de sens depuis n’importe où sur la planète – et ce sans avoir besoin de cofondateur, d’investisseurs ou de support gouvernemental. En savoir plus !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.