Anaïs

[France]

Fondatrice de NEOECOLO

Je m’appelle Anaïs, je suis maman d’un petit garçon de 2 ans et j’habite dans le département de la Loire. Je suis la fondatrice de NEOECOLO : j’accompagne les professionnels animateurs/animatrices de la transition écologique à créer des interventions plus puissantes, notamment en s’aidant des sciences humaines et psychosociales. En 2015, j’ai eu un gros déclic personnel. J’ai révolutionné ma vie personnelle, puis petit à petit ma vie professionnelle. J’étais ingénieure biomédicale, et j’ai décidé en 2018 de tout plaquer pour l’aventure inconnue qu’est l’entrepreneuriat. J’avais envie d’aider les professionnels comme je l’étais avant à rayonner d’avantage et à être plus impactants.

Avant de démarrer mon accompagnement, j’étais dans le flou complet. J’avais quitté mon CDI, et m’étais inscrite dans des incubateurs, j’ai fait des concours de pitch, j’ai même gagné un prix. Mais j’avais du mal à avancer clairement et de façon construite. A la fin de mon congé maternité, j’étais encore plus perdue qu’avant, j’avais besoin d’un coup de main. Ce n’était pas possible pour moi de revenir au salariat ! J’espérais que mon activité prenne corps, qu’elle soit alignée avec qui je suis, avoir des clients… Je voulais pouvoir croire en mon projet, suivre une feuille de route, qu’on me dise quoi faire et dans quel ordre. Avant d’investir dans cet accompagnement, je cherchais des solutions gratuites, mais elles n’étaient pas personnalisées et sans suivi… Je n’avais jamais investi en moi. J’ai décidé de le faire et ça m’a donné de la valeur. Solène est une entrepreneure avancée avec des valeurs proches des miennes. Avec elle, j’ai trouvé une écoute féminine et attentive que je n’avais pas dans les incubateurs.

J’ai eu mon premier client BtoB à 4 chiffres en début d’année : c’est un super démarrage ! Je me suis sentie plus alignée avec mon message, et j’ai commencé à vraiment en parler. En étant visible, j’ai attiré des opportunités que je n’avais pas prévues comme le conseil et la formation, je suis super contente ! Je vends un programme que j’avais en tête depuis longtemps, et mon message passe car je l’assume beaucoup plus. J’ai 10 clients aujourd’hui, bientôt 12, allant de 300 à plus de 2000 €. Je souhaitais être reconnue dans ce que je veux faire, et c’est le cas aujourd’hui.

Je souhaite maintenant créer un réseau de catalyseurs et j’en pose les fondations. Je sens que mon message rayonne et c’est ultra précieux. Avant, je me cachais. Le plus grand changement que j’ai vécu au cours de mon accompagnement c’est le fait d’assumer complètement ce que je fais. Et plus je l’assume, plus j’attire. Il y a eu un shift intérieur et ça se transmet à l’extérieur.

L’aspect financier pour payer un accompagnement peut être un frein, surtout en début d’activité. Regarder du côté de son épargne, mettre en place les actions qui vont permettre d’économiser la somme nécessaire, c’est se donner les moyens, et ça montre la valeur que l’on se donne à soi-même. C’est donner la chance à ton projet de réussir. Avoir un accompagnement personnalisé, où tu peux poser tes questions, sans hésitation, c’est ultra précieux pour avancer. Il y a tellement de compétences à acquérir quand on devient entrepreneur que si tu n’es pas accompagné, tu vas ramer… Le suivi individuel, les retours de Solène au fur et à mesure de l’accompagnement, sont très débloquants. Cet accompagnement est l’un de mes meilleurs investissements !

Télécharger le guide « Pourquoi les gens ne changent pas alors qu’ils savent ? »
sur le site www.neoecolo.fr

Rejoindre Anaïs sur instagram : @neoecolo_insta

Juliette

[France]

Avant

communicante en reconversion

Après

fondatrice de WeOstarä

Je m’appelle Juliette, j’ai 32 ans et je vis dans le nord de la France. Je suis coach et facilitatrice du changement vivant. J’ai fondé WeOstarä : j’accompagne les femmes écoconscientes à retrouver l’alignement pour une vie professionnelle de sens et à impact. L’écologie est un sujet qui est dans ma vie personnelle depuis une dizaine d’années et j’avais envie que cela prenne plus de place dans ma vie professionnelle. Je souhaite que les femmes retrouvent leur pouvoir personnel et prennent leur place  dans la société, en dehors du modèle patriarcal capitaliste où le vivant n’a plus vraiment sa place. Le lien entre écologie et féminisme me tient à cœur, et je voulais le retrouver dans mon entreprise. 

Avant de démarrer mon accompagnement, j’étais fatiguée : je sortais d’un an de formation en coaching et en facilitation, et je venais de signer ma rupture conventionnelle. Je ne savais pas avec qui travailler, ni comment. Je vivais ma vie entrepreneuriale toute seule dans mon coin et j’avais peur d’exposer mon projet. J’avais vraiment envie d’accompagner les gens, je savais que j’étais à la bonne place dans l’accompagnement humain, et je souhaitais participer à la transition écologique. J’avais confiance en ma capacité à réussir, mais j’avais besoin d’un cadre. En fait j’attendais qu’on me dise ce que je devais faire !

Solène m’a été recommandée par une amie. Lors de notre session découverte, j’ai vraiment ressenti le cadre dont j’avais besoin, mais aussi de la douceur. Le feeling est super bien passé. J’avais mis de l’argent de côté, initialement pour un autre projet qui ne s’est pas fait. Quelle chance ! J’ai pu en profiter pour investir dans ce projet-là. J’étais convaincue qu’être accompagnée est indispensable pour évoluer sereinement, de manière exponentielle, fluide et rapide.

Aujourd’hui, j’ai créé mon entreprise, j’ai créé une offre sur laquelle je suis totalement alignée. J’ai créé un business qui me correspond ! C’est ce que propose Solène : un cheminement pour se découvrir en tant qu’entrepreneuse pour créer un business complètement aligné avec qui on est, ce qu’on souhaite faire et comment on souhaite le faire. L’entrepreneuriat est aussi un axe de développement personnel. 

J’ai pu co-construire le contenu de mon offre avec mes premières clientes, et ça m’a beaucoup plu, cela a permis d’affiner ma proposition. La partie sur l’argent a été un grand changement pour moi, car ce sujet est une entrée pour plein d’autres choses. J’ai eu un gros déclic au niveau personnel grâce à ça. Les séances énergétiques et les sessions de groupe aussi ont été importantes pour les déclics. 

L’accompagnement est super utile pour évoluer rapidement, franchir les étapes avec sérénité et confiance, être soutenue et avoir plus d’idées. Solène propose un mélange subtil entre le mindset, la stratégie, le cadre, les outils… et son mentoring. Elle sait éclairer les points essentiels.

Actuellement, je prépare mon prochain lancement pour accueillir un nouveau groupe de clientes. Je pars avec beaucoup de confiance. C’est ça aussi le grand pouvoir de l’accompagnement : autonomiser la personne. Je peux voler de mes propres ailes. 

Son site internet www.weostara.com

Retrouvez Juliette sur Instagram

Le quizz “Jusqu’à quel chakra es-tu alignée dans ta vie professionnelle ?” c’est ici !

Marion

[France]

Avant

professeure des écoles

Après

Fondatrice des Ascensionnelles

Je m’appelle Marion, et j’ai créé les Ascensionnelles : j’accompagne les femmes qui veulent mettre du sens dans leur vie professionnelle, et tout spécialement les jeunes femmes de la génération Y afin qu’elles trouvent une activité professionnelle qui leur permettent de faire parler leur plein potentiel, tout en étant en phase avec leur féminité, leur famille, leurs aspirations de vie.

Je suis moi-même une double reconvertie professionnelle : ma première reconversion a eu lieu très tôt, environ deux ans après la fin de mes études supérieures. Je me suis rendu compte qu’il y avait une erreur de casting dans mes études ! Le besoin de faire parler mon potentiel et surtout de mettre du sens dans ce que je faisais, de contribuer à quelque chose qui me dépasse est vite devenu un leitmotiv. Le gros problème était qu’on ne m’a jamais appris à me poser les bonnes questions : je suis donc partie dans tous les sens. Ce cheminement a duré plus de 7 ans avant que j’identifie ce qui me tenait à cœur et ce qui rendrait ma carrière la plus épanouissante possible. 

Avant l’accompagnement, j’avais déjà mon idée d’activité, j’avais même mes contenus d’accompagnement créés, par contre j’étais perdu sur le calibrage de mon offre, et notamment du prix, et de ma cible. Mon entreprise était enregistrée légalement mais je n’avais ni site internet, ni communauté. J’avais envie de donner une réalité concrète à mon projet car il était hors de question que je retourne dans le salariat, que je continue à me dire « un jour peut-être ». Je connaissais le travail de Solène et savais l’investissement financier que représentait un accompagnement. J’ai donc mis de l’argent de côté pendant longtemps, car je savais que c’était le prix de la vie que je souhaitais me construire. Ce prix peut paraître conséquent pour d’autres, mais c’est totalement justifié car ça a changé ma vie et celle de ma famille, ainsi que mes perspectives.

Grâce à la méthodologie proposée par Solène, on passe à l’action très vite. En l’espace de 3 mois, j’ai eu un site internet, une offre calibrée au top sur laquelle je me sens totalement alignée. J’ai pu très vite construire ma visibilité, bâtir une petite communauté, participer à des événements et notamment animer des workshops. Et du coup j’ai eu 4 clients ! Aujourd’hui, je mets en place de la publicité sur Facebook, mon tunnel de vente est totalement OK, je fais grossir ma liste d’emails, et plein d’autres événements sont prévus. C’est lancé !

Solène démystifie totalement le modèle traditionaliste et paternaliste de l’entreprenariat. Avec elle, on se sent pousser des ailes en tant que femme entrepreneure d’une nouvelle génération qui a envie de porter haut et fort des valeurs éthiques. C’est tout à fait possible de gagner de l’argent, en s’épanouissant, et en servant une cause pour le monde et la planète. La stratégie me coûte beaucoup d’énergie. Pouvoir prendre appui sur les compétences de Solène en termes de stratégie, de modèle financier, de communication, de tunnels de vente, cela a une valeur inestimable.

J’ai changé de posture. Je suis passé de celle qui avait un super projet dans sa tête à une entrepreneure à la tête d’une entreprise et non pas d’un projet. Ça permet de s’ouvrir aux autres, de construire son réseau, de dire « écoutez moi car j’ai quelque chose d’intéressant à vous dire ». Si vous avez en vous cette envie, si vous trépignez à l’idée de lancer un projet qui aura un impact sur vous, sur les autres, sur le monde, allez-y, c’est le moment ! Faites-vous confiance, faites confiance à Solène ! Dans un an, vous ne regretterez de ne pas l’avoir fait plus tôt.

www.lesascensionnelles.com

Challenge gratuit offert par Marion : Challenge 7 jours

Magalie

[France]

Avant

 pâtissière

Après

Fondatrice des P’tits Becs Sucrés

Je m’appelle Magalie, j’ai 33 ans et j’ai deux enfants. Je suis la Fondatrice des P’tits Becs Sucrés, une entreprise de pâtisserie artisanale : je donne (ou redonne !) le goût des bons produits aux enfants en fournissant les périscolaires en goûters artisanaux et locaux. L’ envie de m’adresser aux enfants m’est venue logiquement en devenant maman. En tant que maman pâtissière, j’ai constaté un décalage entre le discours « santé », faire manger des fruits et légumes aux enfants, alors que pour le goûter on leur donne beaucoup de gâteaux industriels, suremballés, dont on ne sait pas vraiment ce qu’il y a dedans ni les effets à long terme. Et on m’interdisait souvent de fournir à mes enfants de vrais gâteaux sans additifs pour des « raisons d’hygiène » ! Ce n’était pas logique. Également, travailler avec des matières premières locales était logique. C’est une grande fierté de pouvoir contribuer par mon entreprise au bon fonctionnement des entreprises locales.

Avant de contacter Solène, j’allais déménager. J’attendais de me poser à un endroit pour me lancer dans cette entreprise que je maturais depuis longtemps. Je savais que je voulais faire de la pâtisserie mais je ne savais pas comment l’orienter car je n’avais pas envie d’ouvrir une énième pâtisserie. J’avais besoin qu’on me prenne par la main, qu’on me guide pas à pas. Je connaissais Solène de mon « ancienne vie » car nous avons fait la même école de commerce. J’avais suivi son parcours et j’avais confiance en elle, alors je l’ai contactée. Le premier échange que nous avons eu m’a convaincue que nous étions sur la même longueur d’onde. J’avais mis de l’argent de côté depuis des années, et j’avais envie d’agir, d’investir en quelque chose qui me serait utile pour l’avenir. 

Je voulais une entreprise qui corresponde à mon style de vie, ne plus avoir le conflit intérieur entre l’envie de faire de la pâtisserie et avoir une vie de famille.  L’idée de fournir des périscolaires avec des goûters artisanaux s’est concrétisée au fil de l’accompagnement. Je pensais que travailler avec une collectivité serait compliqué, avec beaucoup d’administratif et de normes pas forcément logiques. J’ai en fait rencontré des personnes très enthousiasmées par ce que je fais, et j’ai obtenu 3 premiers clients périscolaires. Cela a coïncidé avec le lancement de mon site internet qui s’adresse spécifiquement aux périscolaires. Je me sens enfin légitime, capable de me positionner comme chef d’entreprise, plus détendue face aux imprévus. 

Aujourd’hui, cela fait 10 mois que j’ai lancé mon entreprise, et je commence à me sortir un salaire ! C’est fluctuant, mais financièrement ça va bien, la tendance est à la hausse. J’atteins mes objectifs et j’ai de bons retours, c’est très enrichissant et ça valide le fait que je sois « capable ». Je vis la vie que je souhaite mener depuis longtemps. A ceux qui hésitent à se lancer, je dirais que si une idée nous occupe jour et nuit, c’est qu’il faut le faire ! Être accompagné est un investissement, mais ça va tellement plus vite que si on est tout seul. Et Solène a très bien su s’adapter à mon cas, différent des projets qu’elle a l’habitude d’accompagner. Merci pour ces 9 mois d’accompagnement, je suis super contente d’être là où j’en suis, et j’aurais dû le faire avant !

Célia

[France]

Avant

salariée dans l’industrie

Après

fondatrice de Yakaloo

Je m’appelle Celia, j’ai 40 ans, j’habite à Agen et je suis maman de 3 enfants. Je suis la Fondatrice de Yakaloo : des box écoresponsables d’activités créatives pour les enfants à partir de 5 ans. Les matériaux sont sans plastique : récupération et matériaux provenant de ma petite ferme de permaculture. L’objectif est que les enfants se (re)connectent à la nature au travers de ces activités, qu’ils travaillent leurs compétences manuelles, et surtout qu’ils passent un moment ludique, en famille. C’est un moment de partage et de transmission au travers de la connexion à la nature.

J’ai toujours été passionnée d’activités créatives, c’est un fil rouge dans ma vie. En devenant maman, je me suis également intéressée à la parentalité, à la communication positive, aux relations avec les enfants. L’environnement est également un sujet qui m’intéresse depuis des années, une valeur forte. Les box Yakaloo ont permis de rassembler ces 3 aspects importants de ma vie.

J’ai travaillé par le passé pour de grands groupes industriels. Mon activité était intellectuellement très stimulante, avec de grosses responsabilités, mais je me sentais toujours en décalage. En parallèle, j’avais créé une petite activité en micro-entreprise appelée « Des idées en papier » : des kits en éco-vannerie pour que les enfants fabriquent leurs propres objets. Mais j’y passais beaucoup de temps et je décrochais peu de ventes. 

Je connaissais très mal le monde de l’entrepreneuriat. Mon amie Caroline Gaujour illustre les articles de Solène et m’a parlé de son activité. J’ai commencé à m’interroger et à réaliser que je ne m’éclatais pas professionnellement, que j’arrivais au bout d’un cycle. Quand l’idée d’entreprendre a été semée, j’ai rapidement fait des changements. En choisissant d’être accompagnée, j’attendais de la clarté, de la robustesse, de la stratégie aussi. La métaphore du Sherpa de Solène a fait tilt : je ne connaissais pas le chemin de l’entrepreneuriat mais Solène l’avait déjà fait plusieurs fois. Elle a vraiment répondu à mon besoin tant sur la structure de l’accompagnement que d’un point de vue humain. J’avais reçu quelques temps auparavant un héritage de mon grand-père, et je l’ai perçu comme un signe. Pour la première fois depuis très longtemps, j’ai fait le choix d’investir cet argent en moi, pour me donner les moyens de créer l’activité dont je rêve. C’était un premier cap.

Pendant les 9 mois d’accompagnement, j’ai rassemblé toutes les pièces du puzzle, avec au final la création d’un concept de box d’activités créatives écoresponsables. J’ai mené une campagne de financement participatif qui a dépassé mes objectifs : j’ai décroché mes 40 premiers clients en quelques semaines. C’était fou ! Mon produit intéresse, j’ai des retours positifs : ça m’a donné confiance. Aujourd’hui, j’ai également un site internet marchand et j’ai fait mes premières livraisons de box en septembre. Je continue d’apprendre à communiquer, à augmenter ma visibilité.

Le plus grand changement que j’ai vécu est d’intégrer que je suis entrepreneure à impact positif. Cette phrase, j’aurais pu la prononcer il y a 2 ans quand j’avais créé ma petite activité, mais le déclic n’était pas là. J’ai eu besoin de prendre la main sur mes finances, mon entreprise, de définir mon produit, d’aller prospecter etc… pour que le chemin se fasse dans ma tête et que le déclic se produise : je suis cheffe d’entreprise. L’accompagnement est un accélérateur, je suis convaincue d’avoir gagné 3 ou 4 ans dans la création de mon entreprise. Il y a simplement à suivre la méthode telle que Solène la présente et d’en comprendre la cohérence, pas à pas. Je me réveille le matin, et me dit « je suis entrepreneure à impact positif et je vais passer une super journée à faire ce auquel je crois ! ».  Merci à Solène !

www.yakaloo.fr

Retrouvez Célia sur Instagram

Sandra

[France]

Avant

salariée rêvant d’entreprendre depuis des années

Après

fondatrice des Singulières

Je m’appelle Sandra, j’ai 39 ans, j’habite au Mans et je suis maman de 2 enfants. Je suis la fondatrice des Singulières et également écrivaine. Les Singulières répond à mon envie d’aller trouver des femmes en France et en Europe afin de les aider à prendre le pouvoir sur leur handicap invisible. Je leur propose de nous réunir en Cercle afin de nous soutenir les unes les autres pour avancer et développer nos business.

L’entrepreneuriat est pour moi une longue histoire, une réponse à une envie de créer. J’étais « entreprenante » avant d’être entrepreneure : j’ai fait plein de projets, associatifs, bénévoles… J’ai animé des blogs, des communautés sur Instagram… Mais j’étais dans une posture de salariée et cela ne me convenait pas. La casquette d’entrepreneure remontait toujours à la surface mais je ne l’assumais pas. Je savais que j’avais besoin d’un accompagnement, mais je ne voulais pas n’importe lequel. J’avais eu la chance de rencontrer Solène il y a 6 ans, et je savais que nous serions amenées à collaborer ensemble. Je l’ai alors appelée à la rescousse.

Je voulais arrêter de « pédaler dans la semoule » ! Dans quelle direction aller ? Quelle est ma mission ? J’avais plus de questions que de réponses. Je savais que l’accompagnement allait m’aider à arrêter la machine à penser pour démarrer la machine à agir.

J’ai eu plusieurs « eurêka » pendant l’accompagnement ! La révélation de « l’handipreneuriat » est également un chemin de guérison pour moi. Je suis malentendante d’une oreille, de naissance, et j’ai longtemps caché ce handicap invisible. Mais je me suis rendu compte qu’il y avait toute une frange de l’entrepreneuriat à impact que je n’avais pas explorée. J’ai découvert plein de réseaux, plein de belles personnes !

J’ai eu une grosse prise de conscience vers la fin de l’accompagnement, suite à une séance collective avec d’autres clientes de Solène. Je savais que si je ne prenais pas le bateau de l’entrepreneuriat à ce moment-là, je resterais à quai. J’ai donc décidé de mettre un terme à mon contrat de salariée pour me lancée à 100% dans l’entrepreneuriat. Il y a eu beaucoup de peur, surtout sur la relation à l’argent qui m’avait empêchée d’avancer pendant toutes ces années. Solène m’a aidée à passer le cap, et à arrêter le salariat pour donner toute la place aux Singulières. 

Le plus grand changement que j’ai vécu est de pouvoir me nommer entrepreneure sans rougir, et assumer profondément qui je suis. 

L’accompagnement permet d’aller plus vite, de gagner en efficacité, et de se donner l’autorisation de se lancer : le regard du coach joue beaucoup. Je viens de lancer le premier Cercle des Singulières, et j’ai 8 clientes ! Je n’aurai jamais assez de mots pour remercier Solène pour cette expérience qui a changé ma vie.

Retrouvez Sandra sur Instagram & Facebook 

Béatrice témoignage Creators for Good

Béatrice

[Lyon]

Avant

salariée dans les médias

Après

créatrice de JournalistByNature

Je suis Béatrice, j’habite à Lyon et j’ai un projet : JournalistByNature qui propose des activités collectives sur le thème de la nature par le biais d’un magazine créé par et pour les enfants de l’école élémentaire.

J’avais très envie de m’engager pour la cause environnementale et également de travailler avec les enfants. Il m’a semblé évident de mêler les deux, les enfants étant nos futurs ambassadeurs. Je voulais donc, à ma mesure, sensibiliser les enfants à la nature, et en même temps qu’ils y trouvent beaucoup de réconfort, et qu’il devienne naturel pour eux de prendre soin de la planète et de transmettre ce message. Beaucoup d’études montrent aujourd’hui à quel point il est important pour les enfants de se retrouver dans un cadre naturel.

Quand j’ai rencontré Solène, j’étais dans le flou. Cela faisait quelques années que j’avais envie de créer une ferme de permaculture mais je ne savais pas comment m’y prendre. Je n’avais pas les ressources en temps et en argent, et j’avais du mal à croire à ce projet. En parlant avec Solène, j’ai eu un déclic et j’ai compris que c’était possible. Et j’étais convaincue qu’il était important de se faire accompagner, pour éviter de procrastiner. J’avais besoin d’avoir des clés de la part de quelqu’un qui a l’habitude d’accompagner des projets, pour avancer de manière assez rapide. Libre a moi de mettre en place ce programme de 4 mois tout de suite, ou de me laisser un peu plus de temps suivant mon contexte professionnel.

La décision d’investir dans cet accompagnement n’a pas été simple. C’est un engagement, et c’était important pour moi de passer cette phase-là. Je ne savais pas à quel moment j’allais pouvoir le rentabiliser mais j’étais déjà convaincue de la valeur de cet investissement. J’ai réfléchi aux différents financements possibles, et j’ai fait des choix pour pouvoir me l’offrir. C’est important de se donner les moyens pour réussir.

Aujourd’hui, j’ai un projet cadré : je sais quelle est mon offre, quel est mon client idéal, et je sais où je vais. Cet accompagnement m’a permis d’avoir non seulement un cadre, mais également toutes les clés pour recentrer mon offre. Souvent, on a plein d’idées, on a envie de faire plein de choses, mais pour que cela devienne concret, ce n’est pas toujours évident. Solène m’a permis de me donner les moyens d’avoir une offre qui me ressemble, avec mes compétences. Le client idéal également, ça peut sembler assez abstrait, mais on comprend vraiment pourquoi c’est important. Solène donne des moyens très concrets pour définir son client, son offre, son projet, et ça permet d’avancer extrêmement vite. C’est important pour moi qui devait travailler en parallèle.

C’est une aventure très humaine qui engendre aussi un travail personnel, en tant que femme, c’est très riche. J’ai acquis beaucoup de choses au niveau professionnel, mais aussi personnel.

Il faut se faire confiance : si on a un projet, une envie, c’est qu’elle nous correspond et qu’elle a forcément une vie à avoir. En se faisant accompagner, on gagne beaucoup en temps mais aussi en confiance. Tout est cadré, on est aiguillé, les doutes sont levés. Je vois des personnes qui lancent leur projet seules, mais c’est parfois tellement long, tellement d’épuisement, avec une perte financière au final. C’est donc une évidence pour moi de se faire accompagner pour avancer plus vite, mais aussi gagner de l’argent. Merci à Solène pour tout cela, et pour son écoute bienveillante : elle sait se projeter dans les projets de ses clientes, en accord avec leurs souhaits, c’est vraiment précieux !

 

Retrouvez Béatrice sur LinkedIn 

Mélina témoignage Creators for Good

Mélina

[France]

Avant

salariée en agence web

Après

fondatrice de Guiding PathWord

Je m’appelle Mélina, j’ai 33 ans, je vis en Alsace et je suis la fondatrice de Guiding PathWord. J’accompagne les femmes entrepreneures à impact positif à communiquer sur le web, avec un message qui soit plus impactant, aligné avec qui elles sont et qui parlent à leurs clients idéaux.

Il y a une dizaine d’années, je travaillais dans des agences web pour faire du référencement, de la rédaction web etc… Au début j’étais passionnée, mais au bout d’un moment je me suis aperçue que je travaillais pour des clients dont les valeurs n’étaient pas alignées aux miennes (e-commerce de chasse par exemple alors que je suis végétarienne) ou qui ne me passionnaient pas vraiment.

Devenir entrepreneure me permet de travailler avec des clients à impact positif, qui ont leur activité à cœur, à beaucoup plus de sens pour moi. Je suis contente de contribuer à leur meilleure visibilité, ça me nourrit. Je trouve également important de participer à changer les inégalités de revenus entre les femmes et les hommes (même dans l’entrepreneuriat, les femmes gagnent près de 30 % de moins que les hommes !). Être un role model y contribue, pour démontrer qu’il est possible d’être femme entrepreneure et de réussir, afin que cela devienne la norme.

Pendant une période de chômage en 2016, j’ai lancé une première activité. Je traversais une période difficile au niveau personnel, et j’avais beaucoup de peurs et de perfectionnisme. J’ai perdu beaucoup de temps, j’ai passé les deux tiers de cette période à mettre en place mon site web, et j’ai commencé à communiquer 3 mois avant la fin de cette période. J’ai eu quelques retours très positifs, mais je n’ai pas pu aller plus loin. J’ai alors laissé mon entreprise de côté et repris un travail salarié. J’en ai profité pour commencer à économiser pour un accompagnement individuel.

3 ans plus tard, j’ai découvert Solène par hasard, en cherchant des informations sur les archétypes financiers qui est un sujet qui me passionne. Je voulais être accompagnée par une coach jeune, moderne, et qui soit spécialisée dans les activités en ligne. J’avais déjà participé à des accompagnements collectifs, mais j’attendais surtout l’aide de quelqu’un pour me guider dans les différentes étapes, m’aider à valider certaines choses sur mon client idéal ou même le cœur de mon activité. Dépasser mes doutes et avoir plus de clarté pour me lancer. Pour l’investissement financier, j’avais donc déjà économisé et j’ai complété avec un prêt.

Dès le début de l’accompagnement avec Solène, j’ai eu ce que je voulais : de la clarté. Je me suis lancée en suivant les différentes étapes du programme, et j’ai pris la décision de quitter le salariat pour être à mon compte à 100 %. J’ai eu 3 premières clientes pour tester mon programme individuel afin de recevoir des feedbacks, et j’ai même décroché une première cliente au tarif plein. Je ne m’y attendais absolument pas ! Le lancement s’est fait en douceur, naturellement.

Le plus grand changement que j’ai vécu pendant l’accompagnement, c’est le mindset. J’ai pris confiance en moi, j’ai appris à lâcher prise et j’ai changé ma façon de gérer mon temps.

Aujourd’hui en 2021 il est plus facile de se lancer dans l’entreprenariat car nous bénéficions des apprentissages et des erreurs de celles qui sont passées par là avant nous. Et nous pourrons avoir un impact positif plus rapidement et agréablement. A l’échelle globale, si tout le monde fait ça, ça ira mieux. Avec la crise sanitaire, beaucoup de gens ressentent un manque de sens. Nous avons besoin d’entrepreneurs à impact positif pour répondre à ça.

www.guidingpathword.com

Retrouvez Mélina sur LinkedIn 

Nathalie témoignage Creators for Good

Marie Eve

[Suisse]

Avant

fondatrice d’Ecrivain-E avec quelques premiers clients

Après

 vit de son activité en ligne !

Je m’appelle Marie-Eve, j’habite en Suisse, et je suis la Fondatrice d’Ecrivain-E : j’accompagne les femmes qui ont des ambitions littéraires, qui veulent écrire des livres. Je les aide à travailler sur leurs résistances, leur manque de confiance en elles, sur les difficultés d’écriture, afin qu’elles mènent à terme leurs projets d’écriture et qu’elles osent s’exprimer.

Avec « Me Too », beaucoup de femmes ont envie d’exprimer leurs traumatismes via la littérature. J’ai moi-même fait une très longue psychothérapie, et je suis très intéressée par ces récits de vie, et ce mouvement très important de libération de la parole auquel j’ai envie de contribuer. J’ai moi-même rencontré des difficultés dans la prise de confiance en moi avec ma propre écriture, et aussi en tant que femme écrivaine. J’ai fait des études de lettres et de français, où on étudie encore beaucoup des auteurs masculins. J’ai trouvé les outils nécessaires pour me mettre à écrire, et j’ai voulu les transmettre aux femmes.

Un an avant le début de notre accompagnement, j’ai lancé Ecrivain-E. Je donnais des ateliers d’écriture, j’avais quelques clientes individuelles sur un programme que j’étais encore en train de tester, mais sans savoir comment le mettre en forme. Je n’avais pas consolidé la base de mon activité, et je n’en vivais pas. Je voulais faire démarrer mon activité en ligne, mais je savais que mon site n’était pas optimal, je ne savais pas non plus vraiment à qui je m’adressais. Mes formations en ligne ne se vendaient pas et je ne savais pas pourquoi.

J’ai écouté un podcast sur l’entreprenariat où intervenait Solène. Elle abordait l’aspect business, mais avait aussi une réflexion personnelle sur les femmes entrepreneurs, en intégrant par exemple le cycle menstruel. Je venais d’avoir une petite fille et j’avais souffert dans le monde du travail de ne pas avoir pu écouter mon rythme biologique. J’avais déjà pris la décision d’investir en moi-même, mais l’accompagnement était un investissement important. J’ai débloqué ce qu’on appelle en Suisse « le 2ème pilier », qui permet de débloquer une partie de sa retraite pour lancer sa propre activité. Cet investissement a depuis été largement rentabilisé. Je sais maintenant que pour gagner de l’argent, il faut en investir.

Grâce à l’accompagnement, j’ai clarifié mon message, ma cible, ma méthode d’accompagnement. J’ai maintenant du trafic sur mon (nouveau!) site, en constante augmentation. Aujourd’hui, je vis de mon activité. J’ai des clientes régulières, dont une qui vient d’être publiée, et je cherche une assistante administrative pour m’aider. J’ai revu d’ailleurs toute mon organisation, qui est bien meilleure qu’auparavant. Je sais mieux prioriser, j’ai beaucoup moins de stress. J’ai donc à la fois des résultats au niveau de mes clientes, mais aussi au niveau de ma charge mentale. J’étais en plein démarrage pendant la pandémie du Covid, et j’ai gardé le cap malgré les moments de peur, notamment grâce à l’accompagnement où j’ai reçu beaucoup d’énergie positive.

Le plus grand changement que j’ai vécu au cours de cet accompagnement, c’est la prise de conscience que je peux vraiment transformer les moments difficiles en opportunités.

Se faire accompagner est une décision qui demande du courage, mais je conseille de faire confiance au processus, de croire en soi et en sa capacité de faire les choses. Faire confiance à la personne qui nous accompagne – et si c’est Solène, lui faire confiance à 1000 % ! Aujourd’hui je me sens utile, et suis très heureuse dans ce que je fais. Je me lève le matin en me disant « chic, je vais travailler ! ». Je me sens à ma place. J’ai eu l’intelligence de me faire accompagner, l’intelligence d’écouter mon intuition en choisissant Solène qui m’a aidée à démultiplier l’impact que je voulais avoir. Merci !

www.ecrivain-e.com

Retrouvez les conseils en écriture de Marie-Eve sur instagram : www.instagram.com/marie_eve_ecrivaine

Nathalie témoignage Creators for Good

Nathalie

[France]

Avant

De salariée dans la RSE

Après

Rénovatrice de meubles & fondatrice de Revital Wood

Je m’appelle Nathalie, je suis la fondatrice de Revital Wood qui propose de rénover des meubles en bois de seconde main avec des produits 100% écologiques fabriqués en Bretagne, ma région natale.

Dans ma vie passée, j’ai aidé pas mal d’entreprises à faire émerger au sein de leur stratégie de réelles actions au service du développement durable, et notamment au service de l’économie circulaire. J’ai un papa ébéniste, passionné par son métier, et il est difficile pour moi de voir d’anciens meubles qui partent à la benne. Ils sont certes démodés, mais ils n’ont pas du tout perdu leur valeur d’origine. Pour moi le métier d’artisan n’est pas chu, mais nécessite d’être transformé en faveur de l’économie circulaire.

J’ai fait un « demi » tour du monde, stoppé en avril pour les raisons sanitaires liées au covid 19. Je suis rentrée précipitamment en Bretagne et j’ai eu envie de démarrer le projet que j’ambitionnais depuis plusieurs années, mais je ne savais pas comment. J’avais différentes idées et je me demandais aussi comment j’allais pouvoir vivre de cette activité. J’avais besoin de clarifier mon offre, de définir ma cible clientèle, les prix à pratiquer, les produits « partenaires » avec lesquels j’allais travailler… Et surtout j’avais besoin de bien structurer mes fondations pour gagner en assurance et avancer.

J’ai suivi l’évolution de Creators for Good depuis sa création. Je savais que Solène proposait des accompagnements de femmes en reconversion, sur des activités à impact positif, ça me parlait d’autant plus. Je connaissais son sérieux, sa structuration. Il y a aussi dans ses accompagnements la notion d’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, c’est très important pour moi.

Le programme de Solène m’a beaucoup boostée, et permis de valider mon idée! Le moment le plus fort a été notamment lors du sondage « test » de mon offre : j’ai eu 90 retours, je ne m’attendais pas à en avoir autant. Cela me permet d’affiner mon concept. Également pour le prévisionnel de vente, qui est un exercice indispensable mais assez compliqué, car j’avais la problématique de l’argent à traiter. Aujourd’hui en en 4 mois, j’ai validé mon idée & je suis prête à lancer mon activité : je finalise mon plan de communication, ma première newsletter, mes post sur Instagram. Et j’ai vendu mon premier meuble ! Le fait d’avoir généré cette première vente me donne confiance. Et tout est prêt pour enclencher les suivantes.

Aux côtés de Solène, j’ai appris à cultiver ma confiance. On a un idéal en tête, mais il faut comprendre que cela va se faire pas à pas, par étapes. Une entreprise ne se construit pas en un jour. Chaque étape atteinte, petite ou grande, permet d’arriver à cet idéal. Un point important que j’ai compris, c’est qu’il n’y a aucune incompatibilité entre l’idéal de vie personnel et professionnel. J’ai appris ma grossesse au tout début de l’accompagnement et ça n’est pas du tout incompatible, on s’organise juste différemment. Être soutenu par quelqu’un – ce n’est pas elle qui fait à votre place – est un appuie important pour jalonner les étapes et faire valider ses idées. Merci Solène pour cet accompagnement bienveillant, sincère et encourageant !

Suivre Nathalie sur Facebook

Découvrir Nathalie sur Instagram @revitalwood

Amélie témoignage Creators for Good

Amélie

[France]

Avant

De salariée dans la fonction publique

Après

coach en réinvention professionnelle & fondatrice de « Les Géniales »

Je m’appelle Amélie, j’ai 28 ans, j’habite près de Metz avec mon conjoint. Je suis la fondatrice de « Les Géniales », qui est une activité d’accompagnement à la réinvention professionnelle des femmes qui ont du mal à lancer leur projet pro, brillant et décalé.

Auparavant, dans ma carrière professionnelle, j’ai rencontré des difficultés pour m’adapter au monde du travail. J’ai fait des études d’art, et je me suis rendu compte que je ne voulais pas être artiste. J’ai fait quelques boulots, mais j’avais du mal à reconnaitre mes propres talents et ambitions, et surtout à les considérer comme légitimes. J’ai découvert il y a quelques années que je suis haut potentiel intellectuel, et que ces difficultés d’adaptation et de relations sociales sont des enjeux d’autant plus importants qu’on a un cerveau qui ont des connexions un peu singulières. Ça a été un travail de plusieurs années d’apprendre à reconnaitre mes potentiels, à m’autoriser à lancer un projet qui me ressemble et non pas prendre un boulot parce que ça fait plaisir à X ou Y. Et j’ai remarqué qu’il y a beaucoup de femmes qui sont dans cette situation-là, et mon activité consiste à utiliser mes apprentissages pour les accompagner à sauter le pas.

Il y a un peu plus d’un an, j’étais dans mon dernier job salarié. J’avais l’opportunité de lancer mon activité « décalé », et en même temps j’avais très peur car mon job dans la fonction publique était très confortable. Je me suis vu abandonner de nouveau mon projet et je me suis dit « c’est pas possible ». Je savais que j’avais des difficultés à mener un projet jusqu’au bout. J’ai fait des recherches sur l’entrepreneuriat à impact positif, et j’ai découvert Solène en écoutant un podcast où elle intervenait. J’ai eu un vrai déclic. Le thème était « Comment vendre sans s’excuser de vendre » et cette question était importante pour moi car j’avais peur de tomber dans la précarité en me lançant dans une reconversion.

Avec cet accompagnement, j’attendais d’aller jusqu’au bout de mon projet, avec quelqu’un qui me guide en me montrant les étapes et les outils sur le plan pratique, mais aussi sur le plan du développement personnel. Par rapport au montant de l’accompagnement, je me suis dit « est ce que c’est ça qui va te faire abandonner ?! ». J’ai emprunté de l’argent car j’étais convaincue que j’allais le récupérer, que c’était un vrai investissement.

Mon activité a été créé il y a quelques mois, et j’ai accompagné une première cliente en test. Et il y a quelques semaines, j’ai eu ma première « vraie » cliente et mes premières demandes de prospects. Ça a été un tournant car je me sens vraiment légitime et chef de ma propre activité. Le plus grand changement que j’ai vécu s’est fait avec Mary-Laure qui intervient dans les programmes de Solène, au cours d’une séance de travail énergétique qui m’a permis de débloquer un gros blocage : j’étais en train de me refermer car une partie de moi me retenait. J’étais dans un comportement de sabotage, notamment en n’allant pas jusqu’au bout de mes projets depuis des années. Suite à ce déclic, j’ai eu ma 1ere cliente, des demandes de prospects, et enfin ce sentiment de légitimité.

Même si je termine ma collaboration avec Solène, j’ai non seulement les outils pratiques, mais j’ai aussi le mindset et toutes les ressources pour pouvoir continuer. Ma communication est de plus en plus installée, et aujourd’hui j’accompagne mes premières clientes : c’est cette étape de concrétisation que j’espérais il y a un an, c’est vraiment génial.

Pour les personnes qui hésitent à se lancer, je dirais que vous faites peut-être partie des gens qui regardent les autres ouvrir leur entreprise, et qui vous donnez une excuse « oui, mais moi… » comme c’était mon cas. En fait c’est faux ! C’est une question de se donner les moyens, d’oser. Il faut s’autoriser à le faire car on fait le travail, et ça vient. Pour moi, cela a été une des meilleures décisions que j’ai prise de l’ensemble de ma vie.

Suivre Amélie sur Facebook

Découvrir le site internet d’Amélie https://lesgeniales.com/

Amandine

[Belgique]

Avant

Coach et enseignante à mi-temps

Après

Fondatrice de Actrices pour l’éducation

Je m’appelle Amandine Rozet, j’ai 37 ans, je suis maman de 3 enfants, et j’ai été enseignante, prof de français. Je suis la Fondatrice de Actrices pour l’éducation :  je soutiens les femmes qui cherchent leur juste place dans le monde de l’éducation, qui veulent gagner en sérénité, en confiance, et qui ont envie de sortir des sentiers battus.

J’ai été élevée dans une famille très traditionnelle, une communauté religieuse au fonctionnement très patriarcal, où les femmes devaient rester dans leur petite boite. J’ai dû sortir de ce système, et aujourd’hui j’ai vraiment envie d’aider les femmes à sortir du système patriarcal présent un peu partout, et notamment dans le monde de l’éducation qui est un univers qui me tient à cœur.

Avant de commencer mon accompagnement avec Solène, j’étais prof mais j’avais en parallèle entamé ma reconversion dans le coaching. Je travaillais surtout avec des ados qui venaient pour des questions liées à la scolarité et quelques profs. Mes expériences très positives de prof en fac et de présidente d’une école internationale ont nourri mon travail de coach. J’ai réalisé que je voulais vraiment soutenir les femmes qui transforment le monde de l’éducation.

Pour cet accompagnement, j’avais plusieurs attentes. Je suis amenée à m’expatrier régulièrement par le travail de mon mari. Je voulais profiter d’une période de 4 ans en Belgique pour travailler à créer un site qui serait plus qu’une vitrine, qui m’accompagnerait dans ma future expatriation. Je voulais travailler de façon nomade, sans avoir à me réinventer à chaque fois. Je ne connaissais rien à la communication, à l’entrepreneuriat, j’avais des croyances négatives au sujet du marketing : manipuler les personnes, les obliger à acheter mon produit, gagner de l’argent c’est mal car on le prend au dépend de quelqu’un d’autre…

Une amie m’a transféré la newsletter de Solène, et j’ai beaucoup aimé la retraite qu’elle proposait : de l’entreprenariat dans un esprit de liberté, de nature. J’ai vu comme un signe le fait qu’elle habite en Turquie comme moi à ce moment-là ! Les 10 jours pour trouver son business modèle durable qu’elle propose, qui m’ont amené un pas plus loin dans ma réflexion, et tout son univers m’ont convaincue de travailler avec elle. J’avais une partie de l’argent que j’avais économisé dans l’idée d’investir dans mon développement personnel et professionnel.

Durant l’accompagnement, quand je suis revenue en Belgique, j’ai décidé de ne pas reprendre un post de prof. Ca a été ma première grande décision, et mon mari m’a soutenu émotionnellement et financièrement. Ça a été un choix difficile, mais j’ai préféré me consacrer à temps plein à mon projet. Avec Solène, j’ai appris beaucoup au niveau technique : l’emailing, les webinaires me faisaient très peur. Finalement j’en ai fait 3 et j’ai adoré ça ! J’ai aussi appris la communication : parler de façon authentique, comment partager même ses doutes, sa vulnérabilité… J’ai des retours de personnes qui me remercient pour cette spontanéité, cette transparence. Il y a une cohérence entre mon message et la façon dont je le présente. Mon état d’esprit aussi a beaucoup changé : je me sens vraiment entrepreneure, stratège – mais pas de façon péjorative comme je pouvais le voir auparavant. Et je m’éclate beaucoup dans cet aspect du métier ! J’ai eu plusieurs demandes de prospects, je rencontre beaucoup de personnes enthousiasmées par ce projet d’Actrices de l’éducation. Je me sens très fière de ce que je fais, ce qui n’était pas vraiment le cas auparavant. Dans l’enthousiasme du partage, j’ai aussi lancé un podcast où je donne la parole à des femmes qui ont trouvé leur place et agissent à leur manière pour l’éducation.

Le travail sur le client idéal que j’ai fait en début de parcours a été très éclairant pour moi. Je n’étais pas certaine de vouloir me spécialiser tant que ça. Mais ce travail m’a aidée à trouver mon ton, à savoir ce que je voulais dire et ce qui est important pour moi. J’ai ainsi pu me focaliser sur un projet, un public, ce qui est beaucoup plus confortable et permet d’être plus efficace. Le plus grand changement que j’ai vécu pendant cet accompagnement, c’est la confiance : en mes idées, en l’importance de mon travail et en mon projet. 

Il a toujours été évident pour moi d’être accompagnée. Un proverbe africain que j’aime beaucoup dit « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin » et c’est vraiment ce que j’ai ressenti en travaillant avec Solène : j’ai été beaucoup plus loin que ce que j’attendais. C’est un vrai investissement en soi.

 

 

Suivre le podcast de Actrices de l’éducation sur Facebook 

Découvrir le site internet d’Amandine >> www.coachamandinerozet.com

Témoignage Chaziliyou Creators for good

Chaziliyou

[France]

Avant

Chef de service dans une entreprise de transport

Après

Fondatrice d’Alter MindSet

Je m’appelle Chaziliyou, j’ai 41 ans, je suis mariée et maman de deux jeunes adultes de 17 et 20 ans. Je vis dans les Monts du Lyonnais. Je suis la fondatrice d’Alter MindSet : j’accompagne les salariés à conjuguer sens, alignement et impact, que ce soit dans leur vie personnelle ou professionnelle. Alter MindSet est une invitation à se réapproprier son histoire de vie et à en faire une force. 

Je suis née et j’ai grandi en centre Afrique. Je lisais énormément, j’ai reçu beaucoup d’instruction au travers des livres. Je me souviendrai toujours d’un roman, « Une si longue lettre » d’une écrivaine africaine Mariama Bâ, qui évoque le statut de la femme à son époque en 1979, l’année de ma naissance. J’avais dix ans quand je l’ai lu. Ce livre m’a énormément marquée et a eu beaucoup d’influence sur la femme que je suis, en faisant grandir en moi une affirmation de qui je suis et de ce que je ne veux surtout pas être. C’est pour ça que je parle beaucoup d’identité. 

En arrivant en France à 21 ans, j’avais une vision idéalisée de ce qui se passait pour les femmes en Europe. J’ai compris tout de suite que je devrais me battre pour exister en tant que femme, et femme noire, et que les problématiques rencontrées par les femmes sont universelles. Je connaissais l’Histoire et la culture de la France grâce aux livres, et cela m’a permis de m’affirmer, d’avoir une ouverture d’esprit qui m’a aidée à ne pas baisser les bras et à ne pas accepter ce que les autres voulaient décider pour moi. J’ai eu envie d’aider d’autres femmes à prendre confiance en elles et à prendre leur place. J’ai fondé une association pour accompagner les femmes sans-abri et SDF : cet engagement m’a aidé à prendre conscience que chaque personne est libre et a suffisamment de ressources pour décider de sa vie. J’ai appris, non pas à « donner du poisson », mais à aider chaque personne à bien utiliser sa canne à pêche ! 

Auparavant, j’étais Chef de service dans une entreprise de transport. J’avais déjà décidé de me reconvertir et de me former au coaching professionnel. J’avais beaucoup d’idées que je n’arrivais pas à clarifier, à formaliser avec un projet construit. J’avais besoin de quelqu’un pour m’accompagner à faire les pas pour avancer. Pour moi, le hasard n’existe pas : je suis tombée sur une vidéo de Solène et il s’est passé quelque chose. J’ai regardé les vidéos de témoignages de ses clientes, j’ai suivi son mini cours gratuit, et là j’ai eu le feeling que Solène était la bonne personne, le mentor qu’il me fallait. 

Le prix de l’accompagnement a été réellement un problème. Je terminais un précédent accompagnement, et en même temps je commençais une formation en coaching professionnel financé par le CPF. Mais je savais que Solène pouvait m’aider à passer au niveau supérieur. J’étais salariée à cette époque, et j’ai calculé le maximum que je pouvais investir tous les mois et j’en ai parlé à Solène lors de notre séance découverte. Elle a adapté les règlements à ce que je pouvais investir mensuellement. 

Aujourd’hui, j’ai un projet aligné avec mes valeurs. J’ai conçu et testé mon programme grâce à l’accompagnement. J’ai une visibilité sur la suite de mon activité. Solène donne des clés, des ressources personnalisées et explique comment les utiliser. Cela m’a fait gagner en confiance en moi, en mon projet, car auparavant j’avais un blocage et je ne me sentais pas légitime. Les verrous ont sauté au fur et à mesure. J’ai également mon site internet, qui a été un travail intérieur énorme ! Déjà, je n’étais pas à l’aise avec « l’outil » internet. Et quand j’ai fini de travailler sur le contenu du site, que j’ai relu ce que donnait le résultat final, je ne me suis pas reconnue. J’ai tout remis en cause. J’ai cru avoir fait tout ce travail pour rien ! J’ai envoyé un email à Solène lui disant que je voulais reprendre tout depuis le début. Elle m’a rassurée sur le fait qu’il ne fallait pas tout recommencer, ne pas reculer, mais repartir de là où j’étais. Là encore, j’ai repris confiance en moi. J’ai retravaillé le contenu, je me le suis réapproprié. Je suis fière du travail accompli : je peux parler de mon programme et partager mon site internet sans appréhension, avec confiance. Ce cheminement de 9 mois m’a permis de trouver ma place. Je pense qu’on peut y arriver seule, mais ça prendra énormément plus de temps ! 

 

Suivre Chaziliyou sur Facebook 

Découvrir son site internet >> Alter-Mindset

Rébecca témoignage Creators for Good

Rébecca

[France]

Avant

Coach, Formatrice, Conférencière, Autrice

Après

La coach en leadership des entrepreneuses et actrices de changement

Je suis Rébecca Sfedj, j’ai 28 ans, et j’habite à Paris. Je suis coach, formatrice, conférencière, et auteur. J’aide les femmes entrepreneuses, actrices de changement, en quête de sens, de liberté, de confiance à construire une carrière épanouissante, utile aux autres et rémunératrice.

Avant de démarrer mon accompagnement, j’étais déjà entrepreneuse et coach professionnelle certifiée depuis un an. J’aimais beaucoup ce que je faisais et je me sentais utile pour mes clients. C’était une année d’exploration où j’ai testé différentes formes d’accompagnement auprès d’eux. J’avais beaucoup d’activité et d’envies. Mais j’ai commencé à sentir une perte d’enthousiasme, de la lourdeur dans mes activités et de la rigidité dans mon emploi du temps.

Je perdais mon énergie à créer sans cesse de la nouveauté, à faire du sur-mesure pour chaque client. J’ai voulu prendre soin de cette énergie vitale, retrouver de la cohérence entre toutes mes activités, et être plus proactive pour trouver des clients idéaux.  Je voulais aussi un site internet, et avoir une équipe autour de moi. Arrêter de jouer petit et rêver grand pour mon activité.

J’ai cherché très longtemps avant de trouver Solène ! J’ai accroché à son énergie, à son message. J’ai suivi sa formation offerte sur comment fixer des tarifs justes, qui était une question que je me posais. Suite à une séance découverte-diagnostic avec elle, j’ai eu envie de poursuivre car je me suis vraiment retrouvée dans ce qu’elle partageait et dans sa méthode.

Ça a été pour moi un gros investissement financier, j’y ai beaucoup réfléchi. Mais je me sentais très alignée – dans mon intuition, dans mes premiers résultats. Anecdote rigolote : juste après avoir versé en une seule fois le montant de l’accompagnement, j’ai reçu sur mon compte exactement le même montant pour une mission client réalisée après avoir revalorisé mes tarifs grâce à la formation offerte par Solène ! J’ai eu le sentiment que l’investissement était déjà rentabilisé, avant même notre première séance !

Cet accompagnement m’a confirmé que j’aime ce que fais, et que j’ai envie de continuer à le faire mieux, en ayant plus d’impact. Nous avons retravaillé mes offres, et ma stratégie de communication. J’ai maintenant mon site, beau, clair, dynamique, je suis trop contente !

J’ai pu travailler avec Solène sur le contenu, et avec Coralie sa collaboratrice webdesigner sur l’aspect technique. J’ai aussi travaillé mon rapport à l’argent car j’ai besoin de beaucoup de sécurité financière : j’ai multiplié mon CA par 2 en un an, je me suis versé un premier salaire et j’avais près d’un an de salaire d’avance à la fin de mes allocations Pole Emploi.

Dernier point qui n’était pas ce que j’étais venu chercher mais ce dont j’avais pourtant besoin, c’est le soutien d’autres entrepreneuses. Je ressentais une certaine forme de solitude dans mon activité. Être à la fois soutenue par Solène, mais aussi par ses clientes qui vivent des choses très similaires, ça m’a beaucoup apporté. Cela s’est fait dans le groupe Facebook, mais ça a aussi été propulsé par la retraite organisée en Grèce l’année dernière, qui a été un moment très marquant pour moi. Aujourd’hui encore, je reste en lien avec elles, on s’entraide, on se comprend. Ça a aussi permis que je rééquilibre mes attentes de compréhension et de soutien vis-à-vis de mon entourage personnel.

J’étais déjà coach et entrepreneuse, mais j’ai appris à être « stratège », proactive pour pérenniser mon impact ! Il n’est pas toujours évident de demander de l’aide et je suis super fière et heureuse de l’avoir fait. Si j’ai un conseil à donner c’est : écoutez votre intuition. Avez-vous envie d’être accompagné ? Avez-vous le feeling, vous sentez-vous aligné à cette personne ? Testez, explorez les ressources offertes et entrez en relation, les séances diagnostics sont faites pour ça : il n’y a aucun engagement !

Suivre Rébecca sur Facebook , Instagram et Linkedin

Découvrir son site internet >> rebeccasfedj.com

Témoignage Marie Laure Creators for good

Marie

[Taïwan]

Avant

Coach indépendante depuis 5 ans

Après

Fondatrice d’AuthentiCareer

Je m’appelle Marie Dancer, je suis expatriée à Taïwan. J’ai lancé mon activité de coaching « AuthentiCareer » il y a maintenant cinq ans. Mes clientes sont majoritairement des femmes salariées que j’accompagne à poursuivre leur carrière avec plus de sens, de clarté et d’authenticité.

Il y a une dizaine d’années, je travaillais dans le secteur bancaire. A l’occasion d’un déménagement, j’ai eu envie de faire quelque chose qui ait plus de sens pour moi, qui soit connecté avec qui je suis. J’ai alors lancé une association, une plateforme de soutien pour des femmes-cadres. Ça a été le déclic qui m’a donné envie de participer à un changement pour que les femmes développent un leadership authentique, pas celui où il faut se conformer à un modèle d’entreprise créé par les hommes pour les hommes, mais s’autoriser à être libérée, audacieuse, et prendre sa place en étant soi-même. 

En arrivant à Taïwan, j’ai vu qu’il y avait beaucoup moins d’entreprises internationales, donc moins la possibilité de trouver des clientes ou de donner des formations localement. J’ai ressenti une sorte de lassitude à l’idée de tout recommencer, notamment pour reconstruire mon réseau. Sachant que je redéménagerai sans doute à l’horizon de 3 ou 4 ans, j’avais envie d’avoir ma « carrière portable », et je me suis dit que c’était peut-être le moment de me poser et de remettre toutes les pièces du puzzle ensemble.

J’avais déjà ma légitimité de coach bien ancrée, je n’avais pas de problématique de confiance en moi en tant qu’experte en coaching. Par contre, je ne me sentais pas du tout mature sur les questions d’entrepreneuriat. Tout était venu à moi de manière naturelle jusqu’à présent,  je ne me voyais pas du tout me promouvoir… et là j’ai senti que j’avais besoin d’une structure et je ne me sentais absolument pas équipée ni légitime pour la casquette d’entrepreneure. De plus, mes ventes étaient extrêmement aléatoires, ce qui rendait difficile les perspectives d’investissement, de développement… 

Je ne voulais plus « jouer petit », je voulais m’autoriser à être dans l’abondance, à attirer les bonnes personnes à moi. Je suivais Solène depuis ses débuts, son authenticité résonnait avec moi. J’ai senti qu’elle offrait une structure tout en laissant la liberté aux gens d’être ce qu’ils sont véritablement. J’avais besoin de clés mais aussi de la liberté d’être qui je suis.

Pour vous donner une idée de mes résultats, rien que sur ce dernier mois (depuis la fin de l’accompagnement) j’ai eu 5 séances découverte… et 4 nouvelles clientes idéales. Avec un chiffre d’affaire sur cette période qui est tout de même de 6 000 euros – soyons concrets ! 

J’ai donc en moyenne 6 clientes que j’accompagne individuellement de manière régulière, un flux continu qui s’est instauré, une communication mise en place. Je me suis entourée de personnes, je compte embaucher quelqu’un pour m’aider sur l’administratif. Cela créé une sécurité et une vraie vision. 

Mon objectif 2020 était visibilité et croissance. Je n’y serais jamais arrivée sans cet accompagnement holistique, avec le soutien de Solène et de son équipe d’expertes, notamment l’intervention de Marie-Laure l’énergéticienne (un vrai déclic !). « Être dans l’être » et pas seulement la tête dans le guidon à faire… J’ai mis en place un agenda structuré qui m’aide en ce sens, en laissant une bonne place quotidienne au « self care », un mélange de structure et de flexibilité, un équilibre entre « l’être » et « le faire ».

Autres résultats : j’ai été invitée au 6th World Women Leadership Summit à Mumbai 2019 à donner une conférence devant 200 personnes, et où j’ai reçu le prix ‘Woman Super Achiever‘. J’ai été interviewé par W Project. J’ai décroché un partenariat avec la Chambre de Commerce Britannique pour coacher un groupe de femmes managers. J’ai collaboré avec des grandes entreprises comme Siemens.. Il s’en est passé en 1 an !

Avant j’étais coach, et maintenant je me sens vraiment entrepreneure, une casquette que j’assume avec fierté. Cela me permet de voir plus grand et de transmettre cela à mes clientes. Pour les personnes qui hésitent à se faire accompagner, je dirais : donnez-vous l’autorisation et les moyens de réussir. Investissez en vous !

Suivre le projet de Marie sur Linkedin >> in/marie-dancer

Découvrir son site internet >> www.authenticareer.com

Tu veux ces mêmes résultats? Passe à l’action !